• Juliette Deplage

Meurtre au champagne - Agatha Christie

Dernière mise à jour : 4 mai


Résumé :


« Trop belle, trop légère, trop riche Rosemary ! Quel désespoir secret a conduit au suicide cette femme environnée d'admirateurs et d'amants, volant de cocktails en parties de bridge et de dîners en bals, sous l'oeil résigné de George, son mari plus âgé ? Nul ne le sait. »



Mon avis :

Meurtre au champagne a été littéralement dévoré en moins de 24 heures. L'histoire commence par les états d'âme d'Iris, qui a perdu sa soeur il y a un an lorsque celle-ci s’est suicidée au cyanure lors de sa fête d’anniversaire. Sa cadette tente de donner un sens à des souvenirs pour mieux comprendre ce qui s'est passé... La justice a pourtant voulu tourner cette page en rendant un verdict sans appel : l’explication la plus simpliste étant sa dépression nerveuse suite à une forte grippe. Un peu bancal et ahurissant comme motif non ? Même si beaucoup veulent y croire, ce n'est pas le cas de son mari. Il est bien décidé à lever le voile sur ce mystère, certain qu'elle a été assassinée. Il organise pour l'anniversaire d'Iris, une fête similaire avec les mêmes invités. Même lieu, mêmes personnes, si ce n’est que le fantôme de sa femme rôde avec ce siège vacant. Plutôt sinistre comme ambiance mais surtout une manoeuvre risquée de sa part. Quelle va être l'issue de cette soirée ?


J'ai accroché à l'histoire dès le début car dans la première partie du récit chaque chapitre correspond au point de vue d'un suspect sur les évènements. Agatha Christie nous dresse un portrait de chaque invité et en creusant sous cette surface toute satinée on découvre une part plus sombre pour chacun d’entre eux. Il est difficile de se faire son idée du coupable car tout le monde avait une raison valable de vouloir se débarrasser de Rosemary. Les mobiles les plus classiques sont évoqués : argent, jalousie, carrière, amour… Divers scénarios sont examinés sous les yeux de l’inspecteur Kemp et du colonel Race assez effacés et intervenant tardivement dans l’enquête. Impossible de les comparer à Miss Marple ou Hercule Poirot absents de ce récit et pourtant l’enquête était brûlante.

Rosemary... Une beauté envoûtante… J’ai trouvé ça amusant la façon qu’avait l'autrice de nous la décrire par les yeux de ses invités et « amis ». On se met à penser comme eux par moments. Que c’est une sotte et on s’approprierait presque ce sentiment de colère où nous avons à notre tour envie de la faire taire. Personnellement, elle m’a quand même touchée à sa façon !


Jusqu'aux toutes dernières pages, impossible de trouver la clé de l'énigme. La reine du crime m’a envoyée sans surprises vers de fausses pistes !



44 vues0 commentaire